Vous êtes dans : Accueil > Découvrir Chambly > Histoire > Archive - Histoire > Revivez la libération de Chambly

Revivez la libération de Chambly

Pendant la seconde guerre Mondiale et comme toute la partie nord du territoire, Chambly a connu l’occupation allemande avec tous les inconvénients qu’elle comporte… les contrôles incessants, le couvre-feu et le bruit des bottes…

Pénurie de nourriture, instauration des cartes de rationnement, des carnets de tickets... les habitants ont également connu la faim.

Le bombardement de l’aviation allemande du 21 mai 1940 fit 26 victimes et une centaine de blessés. Les ateliers de Moulin neuf ont également souffert lors d’un nouveau raid orchestré le 2 mai 1944. Dès le début de la guerre se sont manifestés les résistants. Le groupe Patrie a ainsi accompli une action remarquable contre l’occupant : sabotages, distribution de tracts et embuscades. Mais le tribu sera lourd. De nombreux résistants ont perdu la vie, d’autres ont été déportés. Tous les ans au mois de juin, lors de la Cérémonie du Maquis de Ronquerolles, un hommage solennel est rendu à ces résistants.

Un moment fort : la Libération

À partir du 6 juin 1944, date du débarquement des alliés en Normandie et plus encore à partir du 25 août, lorsque Paris a été libérée, les Camblysiens savaient que les troupes alliées ne tarderaient pas à arriver. Les Allemands manifestent d’ailleurs des signes d’inquiétude, de débandade.
Le mercredi 30 août, les soldats américains libèrent Presles puis Beaumont-sur-Oise. Mais de l’autre coté de l’Oise, à Persan et à Chambly, les soldats allemands sont toujours là. Les Camblysiens restaient cloîtrés chez eux et craignaient de terribles combats de rues. Les Allemands continuaient à piller et à incendier des maisons. La nuit fut longue et angoissante.
Le jeudi 31 août, lorsque le jour se lève, Chambly est plongée dans un silence de mort. Quelques soldats allemands traversent encore la ville, avec hâte. Tous fuient.

Vers 9 heures, guidés par des Forces françaises de l’intérieur (FFI), les premiers soldats américains entrent dans Chambly par le chemin des Epinettes situé près du château d’Amblaincourt et traversent la ville sans s’arrêter en prenant la direction de bernes.
Seuls quelques habitants se risquent à sortir dans la rue. Puis la rumeur se propage de maison en maison. Peu à peu, des cris s’élèvent : « Voilà les Américains ! Voilà les Américains ! »
Les volets des maisons s’ouvrent, les habitants sortent. Les Américains arrivent de plus en plus nombreux, via la route du château d’Amblaincourt et la route de Champagne. Les uns se dirigent vers la gare, les vers la rue Roger Salengro pour arriver jusqu’à la place du Parterre, la place de l’Église et la place de la Mairie.

Vent de panique avant la liesse

Les Camblysiens, en liesse, courent au devant d’eux pour les acclamer.
Soudain, quelqu’un s’écria : « Ce sont les Allemands ! ». Une annonce qui provoqua immédiatement un vent de panique parmi la foule. On raconte que certains nazis, pour couvrir leur fuite, n’hésitaient pas à mettre des uniformes dérobés aux soldats alliés. D’où la méfiance de certains. Ce moment de forte angoisse et d’agitation passé, tout le monde put constater qu’il s’agissait bien de soldats Américains.
Peu après, une vingtaine de chars pénétrèrent dans la ville. Les Américains distribuaient du chewing-gum et du chocolat aux enfants, des cigarettes aux adultes. Le sourire aux lèvres, les larmes aux yeux, la population courut au devant d’eux. Une ambiance de fête se répandit dans toute la ville. Les cloches de l’église Notre-Dame sonnèrent à toute volée, des drapeaux tricolores furent accrochés aux fenêtres.

Chambly était enfin libérée, après quatre longues années d’occupation.

Envoyer cette page par courriel Haut de page
Chambly La Culturelle
AlloChambly
Facily, la vie facile à Chambly